Les candidats aux législatives 2017

Didier Thévenieau

Marié – 3 enfants
49 ans
Taulignan
Professeur de philosophie et de cinéma

Fils de mineur agriculteur, Didier Thévenieau s’est engagé dès l’âge de 16 ans dans le militantisme, en même temps qu’il entrait dans le monde du travail. Militant antiraciste, féministe, écologiste, actif pour l’éducation populaire en milieu rural, ce père de 3 enfants est aujourd’hui professeur de philosophie et de cinéma.

Déjà présent lors de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon en 2012, il a participé activement au travail programmatique de la France Insoumise, l’Avenir en Commun.

Conseiller municipal à Taulignan, il a initié le collectif qui a permis que la compétence « eau » soit conservée par les communes lors de la fusion de la Communauté de communes du Pays de Grignan et de l’Enclave des Papes.

Sa candidature, proposée par les Insoumis de la 3ème circonscription de la Drôme, est soutenue par Jean-Luc Mélenchon.

Il sera un député insoumis qui, dans la majorité comme dans l’opposition, portera le programme pour lequel il aura été élu, sans faiblir, et qui s’appuiera en permanence sur les citoyens (et sera le porte parole de leur territoire au niveau national), qui pourront également le révoquer s’il ne respecte pas la confiance qu’ils lui auront témoigné.

Hélène Lacheret

60 ans
Nyons
Vendeuse en alimentation

Hélène Lacheret a grandi dans un quartier populaire, fille d’une mère russe et d’un père, originaire de Loriol, ouvrier devenu ingénieur électronicien grâce aux cours du soir.

Elle a passé vingt ans dans l’académie de Créteil comme institutrice d’abord, puis formatrice en GRETA et enfin professeur certifié de lettres en collège. Elle a aussi été « famille d’accueil » et son engagement politique s’est concrétisé, en 91 et 92, lors de la modification par la loi du statut des assistantes maternelles.

Son engagement s’est poursuivi par l’implication dans la lutte des « sans papiers », sans doute par fidélité à la France qui a accueilli ses grands-parents, dans la défense de la laïcité, le refus du nucléaire puis dans l’association « Attac » dès sa création.

Parallèlement, elle a œuvré à la renaissance d’une « vraie gauche », étant hostile au libre-échange depuis les années 80. Elle a participé à l’existence des CUAL (collectifs unitaires anti-libéraux), travaillé avec le Mouvement des Objecteurs de Croissance et dans le Front de Gauche.

Choisie par les insoumis et insoumises de la troisième circonscription, sa candidature est soutenue par Jean-Luc Mélenchon. Elle approuve la charte « Anticor » de lutte contre la corruption des élus. Elle s’engage à mettre toute son énergie au service du programme « L’avenir en commun » et des citoyens et citoyennes qui lui auront manifesté leur confiance.

Notre engagement :

Les contradictions du Monde surgissent chaque jour mais la France peut tenir une place essentielle pour rétablir la stabilité dont nous avons besoin, pour peu qu’elle redevienne le modèle qu’elle a si longtemps été. Nous avons tou-te-s notre rôle à jouer et nous ferons notre part si vous nous en donnez mandat.

La Drôme concentre les difficultés auxquelles nous devons faire face mais se veut aussi un espace de vie plein de ressources et d’énergies, et notre circonscription plus particulièrement. Territoire rural abandonné par les services publics mais espace de coopérations locales, baronnies pour des cumulards de la politique mais espace de nouvelles formes d’implications démocratiques, zone de danger lié au nucléaire mais surface de plus en plus grande dédiée à l’agriculture biologique de qualité, … autant de volontés que nous proposons de fédérer, autant de voix que nous porterons à l’Assemblée nationale.

Nous sommes les candidats d’une vision nouvelle. Nous ne nous résignons pas à la fatalité de voir nos biens communs soumis à la finance, nos territoires soumis à des traités de libre échange, nos droits soumis à la minorité des plus aisés, nos artisans et producteurs soumis à une concurrence insensée, nos usines soumises aux délocalisations, nos services publics soumis à l’austérité, notre école soumise au marché, notre avenir soumis à l’individualisme.

Le paysage politique français actuel est globalement une désolation et l’élection législative sur notre circonscription n’échappe pas à cet essoufflement de la démocratie. Sortons du clientélisme de ceux qui monopolisent le pouvoir, empêchons la xénophobie d’aliéner les consciences, éclatons les bulles politiques gonflées au gaz médiatique, échappons à la trahison de celles et ceux qui, une fois élu-e-s pour un parti, sur des promesses, se renieront au profit de l’argent-roi.

Nous voulons une Sixième République sociale et écologique qui remette l’Être humain au centre de la pensée politique. Nous voulons promouvoir l’avenir en commun et les jours heureux. Il ne s’agit pas d’une utopie mais d’une réalité à portée de main et du travail incontournable que nous devrons faire ensemble pour dépasser les crises dans lesquelles nous conduisent les politiques actuelles.

Nous nous engageons, entre autres, à :

  • signer la charte de l’association indépendante ANTICOR,

  • respecter le principe de non cumul afin de nous consacrer pleinement à notre mandat si nous sommes élus,

  • n’accepter au cours de celui-ci aucun don, cadeau ou prêt, de nature à nous influencer pour favoriser les intérêts d’une personne privée ou d’une personne morale et dénoncer publiquement toute tentative de corruption avérée,

  • lutter contre toutes les dépenses somptuaires et contre tout ce qui serait un privilège en inadéquation avec la stricte fonction représentative de l’élu,

  • respecter les procédures de transparence proposées par la France insoumise, notamment concernant la réserve parlementaire si celle-ci n’est pas supprimée,

  • déposer et défendre une proposition de loi afin de réintégrer le régime de retraite des députés au sein du régime national de la sécurité sociale,

  • poursuivre tout au long du mandat le travail d’échanges avec les associations, syndicats, réseaux ou collectifs rencontrés au cours de la campagne,

  • publier un compte rendu de mandat régulier.